Adoptees of Korea: Kim Foucart

Nom : Kim Foucart (박절희)

Adopté à : En 1975, en Belgique, à Binche

Résidence actuelle : Binche, Belgique

 

Je ne peux pas me plaindre, j'ai été adopté par des parents aimants qui m'ont tenu la main et me tiennent encore la main. J'ai eu une très belle enfance et adolescence dans une petite ville belge, Binche, qui se trouve dans la province du Hainaut en Belgique. Binche est une ville qui possède une vielle histoire de Traditions et de Folklores : Le Carnaval de Binche et son célèbre Gille de Binche.

Mes parents m'ont initiés très tôt à tout ce Folklore très riche qui a bercé pratiquement toute ma vie. En général, mon intégration s'est faite naturellement et ma vie a été très bonne. Cependant, j'ai totalement rejeté mes origines. C'est en 2017, à 42 ans, que je suis sorti de ce déni. Ma mère m'a remis mon dossier d'adoption et là, on va dire la révélation de ma deuxième identité`. Une bulle d'air qui s'ouvrait à moi. Découverte de la langue, de la culture, de la nourriture de mon pays. Il s'en suis mon retour sur le sol natale en 2018.

C'est en 2018, que j'ai fait mon retour sur la terre coréenne. Je suis retourné seul. Que dire? magique. En sortant de l'avion, l'image qui me restera en tête c'est la fontaine avec Incheon au dessus. Ca y est j'étais là.

Je voulais partir à l'aventure et ne rien prévoir, juste découvrir. Le jour avant mon départ, je n'avais pas encore de logement. Un couple d'amis adoptés coréens belges étaient déjà là-bas et logeaient au Koroot. Malheureusement, ils repartaient le lendemain. Nous avons pu profiter d'une demi journée ensemble où ils m'ont initié pour mes premiers pas en Corée. J'ai passé deux jours seul à flâner dans les rues et m'émerveiller de tout dans Séoul. Je pensé bouger ailleurs mais pour finir, je suis resté 2 semaines sur Séoul. Tant de choses à voir. Dans les jours qui suivent, j'ai pu voir là bas deux amies belges qui étaient là. 

Après quelques jours, j'ai changé de logement et me suis retrouvé au Apple Backpackers dans le quartier de Jongno-3-Ga. Wouaaaaah. En plein milieu du quartier des BBQ et autres restos. Ce quartier est devenu mon quartier préféré.

Depuis je suis retourné une deuxième fois en 2019. Cette fois là, je suis sorti de Séoul. passage par Jumunjin et après direction Jeonju, ma ville natale. Grand moment d'émotion. Et puis une rencontre, le gérant du Guesthouse où je logeais. En lui expliquant mon histoire d'adoption, il m'a emmené à l'administration de l'enfance de Jeonju. Là nous avons était reçu par une personne qui m'a sorti la première fiche me concernant. Par la suite, il m'a emmené à l'endroit où l'on m'avait retrouvé. Le nom de la personne qui m'avait retrouvé était sur la fiche. C'est alors qu'il à commençait à questionner les gens du quartier. Apparemment cette personne était déjà âgée et est décédée. D'où une question se pose, qui était réellement cette personne? Passage par Busan et retour à Séoul. J'attend de pouvoir y retourner après cette pandémie.

Pour le moment, j'ai fait deux voyages en Corée. Je n'ai pas encore beaucoup d'expérience pour pouvoir donner un avis correct sur la vie en Corée. Je découvre à mon rythme mon deuxième pays.  Ce qui m' a tout de suite plu en Corée, c'est le respect de l'espace publique. Les toilettes propres et partout. Les odeurs de bouffe dans les rues. Entendre parler coréen partout. Mais le plus frappant, c'est le bien être d'être entouré de gens qui te ressemblent, pour moi "l'effet miroir". Un ressenti de se fondre dans la masse et de ne plus être la personne de la minorité. Par contre, le statut de la femme, n'est toujours pas au top. Ce qui pour moi est aussi une des causes de l'adoption coréenne.

Etre adopté coréen, c'est avoir deux cultures, celle "d'origine" et celle "adoptive".

Pour moi, l'adoption n'est pas une chance, la seule chance que l'on a pu avoir, c'est d'être adopté par des parents aimants et compréhensifs.

 

L'adoption c'est aussi une blessure ouverte que ne se cicatrisera jamais.



 

Name: Kim Foucart (박절희)

Adopted to: Binche, Belgium in 1975 

Current residence: Binche, Belgium

 

I can't complain, I was adopted by loving parents who held my hand and still hold my hand. I had a very good childhood and adolescence in a small Belgian town, Binche, which is located in the province of Hainaut in Belgium. Binche is a city which has an old history of Traditions and Folklores: The Carnival of Binche and its famous Gille de Binche.

My parents introduced me very early to all this very rich Folklore which rocked practically all my life. In general, my integration took place naturally and my life was very good. However, I totally rejected my origins. It was in 2017, at 42, that I emerged from this denial. My mother gave me my adoption file and there, we will say, was the revelation of my second identity. An air bubble that opened to me. Discovery of the language, culture, and food of my country. It followed my return to native soil in 2018.

It was in 2018 that I made my return to Korea. I returned alone. What to say? Magic. Leaving the plane, the image that will remain in my mind is the fountain with “Incheon” above it. That's it, I was there.

I wanted to go on an adventure and plan nothing, just find out. The day before my departure, I did not yet have accommodations. A couple of Belgian Korean adopted friends were already there and were staying at Koroot. Unfortunately, they left the next day, but we were able to enjoy a half day together where they introduced me to my first steps in Korea. I spent two days alone strolling the streets and marveling at everything in Seoul. I thought of moving elsewhere, but to finish, I stayed 2 weeks in Seoul. There was so much to see. In the days that followed, I saw two Belgian friends who were there.

After a few days, I changed accommodations and found myself at the Apple Backpackers in the Jongno-3-Ga district. Wouaaaaah. Right in the middle of the BBQ area and other restaurants. This neighborhood has become my favorite neighborhood.

Since then I returned a second time in 2019. This time, I left Seoul. I first went to Jumunjin and after, Jeonju, my hometown. This was a great moment of emotion.  I had a meeting with the manager of the Guesthouse where I was staying. Explaining my adoption story to him, he took me to the Jeonju Children's Administration. There we were received by a person who took out the first file concerning me. Subsequently, he took me to the place where I had been found. The name of the person who found me was on the card. It was then that he began to question the people of the neighborhood. Apparently, this person was elderly and had died. From there a question arises, who really was this person? Afterwards, I went to Busan and returned to Seoul. I am waiting to be able to return there after this pandemic.

For the moment, I have made two trips to Korea. I don't have much experience yet to be able to give a correct opinion on life in Korea. I discovered my second country at my own pace. What immediately appealed to me in Korea was respect for public space. Everywhere was clean, even the toilets! The smell of food on the streets. Hearing Korean being spoken everywhere. But the most striking thing was the well-being of being surrounded by people who look like you, for me "the mirror effect". A feeling of merging into the crowd and of no longer being the person of the minority. On the other hand, the status of women is still not at the top. Which for me is also one of the causes of Korean adoption.

To be adopted Korean is to have two cultures, that of "origin" and that of "adoptive". For me, adoption is not a chance, the only chance we could have is to be adopted by loving and understanding parents.

 Adoption is also an open wound that will never heal.

 

Authored by: Kim Foucart

Edited by: Kara Rickmers

Translation edits: Sebin Hwang

 
  • Adoptees of Korea: Kim Foucart-0

0 Comments